La Drôme


Localisation
Coordonnées géographiques
Profondeur minimum
Profondeur maximum
Longueur
Largeur

Entre l'île de Pomègues et Cap Croisette
43°13'925" N - 5°19'282" E
45 mètres
52 mètres
69 mètres
10 mètres

La Drôme est un navire mixte à voile et à vapeur construit par les chantiers de la Loire. Il était propulsé par un moteur de 1.100 chevaux lui autorisant une vitesse de 11 noeuds, soit le double de sa vitesse de navigation à la voile.Son armement comprenait deux canons : un de 65 mm sur la proue et un de 75 mm sur la poupe.
Il a été lancé le 10 mars 1887. Sa première affectation sera au Service du Littoral comme transport-aviso. Il participera à l'expédition des Dardanelles. Vers 6 heures du matin, le 23 janvier 1918, la Drôme va connaître le même sort que le Togo, le Donator ou le Sagona. Le sous-marin allemand mouilleur de mines U.C. 67 pénètre dans la baie marseillaise, laissant derrière lui ses engins de mort.
Le lieutenant de Vaisseau Allaire, commandant la Drôme, engage son bâtiment dans le chenal de sécurité lorsqu'une explosion retentie. La Drôme vient de toucher une mine sous-marine. Chargé de 1.500 barrils de pétrole, la Drôme explose en son centre et coule immédiatement, faisant 26 morts.

Le site est exposé à tous les vents. La visibilité est en fonction des conditions météo. La Drôme est longue et vaste. Il faut prévoir plusieurs plongées pour en faire le tour. L'épave est scindée en son centre, les deux parties bien distinctes sont séparées d'une dizaine de mètres. L'épave est bien conservée et la coque en très bon état.
En partant de la proue, on peut encore admirer le canon de 65 mm, ainsi que deux bossoirs sur bâbord et tribord. Sur le pont, qui est à 45 mètres et domine d'environ 7 mètres le sable, on peut admirer le treuil. On peut pénétrer dans la cale avant mais celle-ci ne révèle que très peu d'intérêt. Au niveau de la cassure, on peut encore admirer la cambuse qui est en bon état avec ses fourneaux. Si vous remuez la vase, vous découvrirez peut-être des éléments de vaisselle. La déchirure est impressionnante. Au sable, à 52 mètres, elle mesure 7 mètres de haut. L'explosion dut être énorme, et on saisit mieux la rapidité avec laquelle la Drôme a sombré corps et biens. On peut pénétrer dans la cale arrière en se méfiant des tôles coupantes. Sur la poupe, comme sur la proue, le canon de 75 mm est fidèle au poste. Enfin, dernier élément à ne pas manquer : l'hélice qui est toujours fixée.

A l'intérieur de l'épave, on trouve souvent des congres et des murènes. Quelques langoustes et homards se nichent dans les replis de la tôle. On peut également y voir mérous et dorades.

Retour

© 2015 ASPTT Marseille Plongée Prod