Le Liban


Localisation
Coordonnées géographiques
Profondeur minimum
Profondeur maximum
Longueur
Largeur

Anse au canon de l'île Maïre
43°12'26" N - 5°20'14" O
28 mètres
36 mètres
91 mètres
11 mètres

Le Liban est un paquebot qui a été construit en 1882 en Ecosse. Ce naufrage est considéré comme étant la plus grande tragédie ayant eu lieu dans les eaux marseillaises. Aujourd'hui encore, il est difficile de comprendre comment ce dimanche 7 Juin 1903, une telle catastrophe a pu se produire. Vers midi, le Liban quitte le port de la Joliette à destination de la Corse. A son bord, 220 passagers dont 41 membres d'équipage. Au même moment, l'Insulaire, paquebot appartenant à la même compagnie que le Liban, se dirige vers la cité phocéenne. Les deux bateaux avaient l'intention de se croiser normalement, et ordre a été donné par les deux commandants de virer à droite afin de se croiser. Ayant peur de heurter les rochers de l'île Maïre, le commandant de l'Insulaire ordonna "à gauche toute", mais dans son esprit, il ne s'agissait que de reprendre son cap initial. La manoeuvre fut fatale, l'Insulaire heurta violemment le flanc bâbord du Liban vers 12h30. Le commandant du Liban et son équipage décidèrent alors de se rapprocher de l'île Maïre pour faire débarquer les passagers car les dégâts étaient très importants. Les parois abruptes ne permirent pas au Liban de réaliser cette manoeuvre. Le commandant décida alors de faire échouer son navire entre les deux rochers des Farillons. Malheureusement, cette ultime manoeuvre a été stoppée à une vingtaine de mètres du but.

La zone est parfaitement protégée du mistral par l'île Maïre tandis qu'elle est exposée aux vagues soulevées par les vents du Sud et de l'Est. Il est conseillé de débuter la plongée par la poupe située à 36 mètres. Elle est en bon état mais elle est coupée de la partie centrale du navire. Vous pouvez encore voir l'hélice de bronze à moitié enfouie dans le sable. En remontant vers la proue, vous tomberez sur l'énorme chaudière qui a conservé les traces de l'explosion. Le reste du navire se dégrade avec le temps. Vous pourrez y voir des mérous, des murènes, des langoustes, des loups, des Saint-Pierre, des sars tambours, des congres cachés dans le magma des tôles tordues et, avec beaucoup de chance, un homard qui a élu domicile à l'avant bâbord de l'épave mais qui ne dédaigne pas faire une virée du côté de la chaudière. Au niveau de la flore, de grandes gorgones rouges recouvrent la partie la plus profonde du paquebot. Il est préférable de se munir d'une bonne torche pour mieux faire apparaître les magnifiques gorgones et découvrir les poissons à l'abri dans leurs cachettes. Ensuite, il suffit de remonter légèrement sur votre gauche lorsque vous avez dépassé la proue pour entamer vos paliers de décompression vers l'arche des Farillons.

Retour

© 2015 ASPTT Marseille Plongée Prod